Hypnose régressive

L’hypnose et les régressions… Sujet qui semble tellement ésotérique au premier abord… C’est pourquoi je vais vous expliquer ce que j’entends, personnellement, par hypnose régressive.

Remonter dans le passé

C’est un des sens de la régression. La personne hypnotisée va remonter dans son passé. C’est-à-dire qu’elle va se replonger dans des souvenirs de son passé, revivre des événements. Arrêtons-nous là pour une première mise en garde.

Imagination ou réalité ?

Notre hypnotisé fictif revit-il les événements réels ? Beaucoup de gens pensent que la régression permet de retrouver les souvenirs exacts tels qu’ils se sont produits à l’époque. C’est tellement logique que cette idée a été utilisée pour retrouver des coupables de meurtres !

En réalité, notre cerveau n’encode pas l’événement comme il s’est réellement produit. Il le passe par des filtres. Si je suis en colère, je ne vais retenir de ma balade que ces fichus automobilistes qui ne m’ont pas laissé passer. Je ne vais pas porter attention aux petites fleurs sur le trottoir. De plus, le souvenir encodé dans le cerveau va être altéré, transformé, re-traité au fil du temps. Par exemple, au bout de dix ans de méditation zen, je ne penserais plus à ces fichus automobilistes discourtois.

On ne peut donc pas savoir à quel point un souvenir est réel.

Quel intérêt de revivre ses souvenirs ?

Pourquoi y retourner si ces souvenirs ne sont pas vraiment des copies conformes de l’événement ? L’intérêt, c’est justement la façon dont le cerveau et le corps ont encodé le souvenir. Ce n’est peut-être pas réel, mais c’est justement ça que nous cherchons. Il y a des gens qui ont vécu des événements horribles et qui s’en sont remis aujourd’hui. Et d’autres qui n’arrivent pas à s’en sortir. Pourquoi ? Comment leur cerveau et leur corps ont-ils encodé l’information ?

Prenons un adulte ayant souffert de harcèlement quand il était enfant. Est-ce que c’est fini pour lui ? Je veux dire, réellement ? Est-ce que le cerveau et le corps ont tiré un trait sur ce passé douloureux pour passer à autre chose ? Ou est-ce que le cerveau et le corps rejouent encore sans cesse ces événements ?

Autre exemple. Une femme qui ne peut s’empêcher d’avoir peur quand elle rentre chez elle, de nuit. Dans sa régression, elle se revoit à quatre ans suivie par un homme ivre qui hurlait des trucs horribles. Et sa mère qui marchait trop vite. Beaucoup de peur dans son cerveau enfantin. Mais la version d’elle, adulte, a pu expliquer à l’enfant que ce moment allait vite passer après, et qu’elle allait manger son fast-food, fêter son anniversaire et retrouver ses doudous. Explication suffisante pour rassurer une partie du cerveau qui s’inquiétait encore à l’âge adulte. Esprit qui peut passer de “c’était effrayant” à “j’ai eu un super repas d’anniversaire !”.

Régressions dans les vies antérieures

Cet intitulé rend beaucoup de gens perplexes. Cela suppose qu’il existe des vies antérieures à nous. Et qu’il soit possible de les atteindre. Il y a des gens qui y croient. Est-ce que c’est vrai ou pas, personne ne le sait. Nous sommes pour l’instant dans le domaine de la croyance.

Personnellement je préfère parler de régression dans du contenu non biographique. Régression dans un contenu qui n’est pas notre vie. Comme ça ceux qui croient aux vites antérieurs et ceux qui n’y croient pas sont inclus et libres de mettre leur croyance sur l’intitulé.

Quel intérêt de faire quelque chose qui n’existe peut-être pas alors ?

Peut-être que ça existe réellement. Mais comme on ne sait pas trop encore, prenons le parti de rester neutre. Peut-être qu’un jour la science pourra trancher proprement sur le sujet. Je tiens aussi à préciser que le concept de régression dans les vies antérieures ne me parle pas et que je préfère parler de régression dans du contenu non biographique. Il y a donc un biais, une croyance personnelle dans ce que je raconte (la fée Science…). Mais essayons de rester neutre pour satisfaire tout le monde…

Quel intérêt de faire ces étranges régressions ? Permettre au cerveau de rejouer un problème et de le résoudre via une “métaphore”, une “histoire”. Et d’une manière plus libératrice. Par exemple, je peux voir la vie d’une espionne russe entrainée à chasser et tuer des cibles humaines. C’est effrayant, mais ce n’est pas moi Elisabeth. C’est une espionne russe. Il peut se passer n’importe quoi, ce n’est pas de mon fait. Et pourtant, je vais récupérer plein d’apprentissages de cette espionne russe ! Comme le fait de passer du statut de proie (des harceleurs par exemple) au statut de chasseuse. Et c’est déjà un progrès pour le cerveau !

Une question d’adaptation

Personnellement je ne suis pas très “spirituelle”. Mais l’intérêt de ces protocoles est aussi de les adapter pour les personnes plus tournées vers la spiritualité. Si vous avez envie de faire une régression dans vos vies antérieures, alors vous ferez une régression dans vos vies antérieures. Tout le monde peut récupérer quelque chose de ces expériences.

Une question de structure plutôt que de contenus

En tant qu’hypnotiseurs, ce que nous cherchons, c’est plus la structure que le contenu. Et quelle émotion cherche à s’exprimer dans cette structure. Parce qu’il y a souvent des émotions coincées qui n’ont pas pu sortir au moment-clé et qui ont besoin de sortir.

Dans mes exemples j’ai donné du contenu parce que souvent cette notion de structure est peu comprise. Mais si besoin, vous pouvez donner moins de contenus. Vous pouvez par exemple expliquer que vous avez X qui s’exprime quand Y se passe et que cela vous met en colère. C’est tout à fait possible.

J’espère que cet article vous permet d’y voir plus clair sur cette histoire d’hypnose régressive. J’espère aussi ne froisser les croyances de personne dans cet article et me positionner suffisamment “au milieu”. Je reste ouverte aux questions et suggestions.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :