Ma première séance d’hypnose

Aujourd’hui j’ai envie de vous raconter une histoire : l’histoire de mes premières séances d’hypnose en tant qu’hypnotiseuse. Installez-vous confortablement, sortez les popcorns !

Hypnotiser un hypnotiseur

C’était il y a cinq ans déjà ! Cinq années de pratique de l’hypnose !

J’ai rencontré depuis beaucoup d’hypnotiseurs qui avaient peur d’hypnotiser quelqu’un qui pratique. La crainte du jugement les paralysait et les repoussait.

Pour ma part, c’était ma première séance d’hypnose. J’étais ravie de pouvoir pratiquer avec quelqu’un qui puisse me donner des conseils, au sein d’un groupe qui pratiquait déjà depuis longtemps et qui saurait m’aiguiller.

Challenge supplémentaire, nous travaillions en ligne à l’époque ! Cela ne me semblait pas être une difficulté, comme je n’avais rien connu d’autre. Et c’est un défi actuellement pour beaucoup d’hypnotiseurs suite aux conditions sanitaires. Je suis heureuse d’avoir pu surmonter ça sans savoir que c’était un défi et par le jeu.

Pendant cette séance, j’ai pu dérouler une routine basique d’effets hypnotiques. En plus, mon hypnotisé était déjà un habitué, alors je ne pouvais pas mieux commencer.

Grâce à lui, j’ai pu me lancer avec plein de conseils et d’encouragements. Et depuis, je n’ai pas arrêté !

Ma première hypnotisée qui ne connaissait pas l’hypnose

C’était une camarade de classe, joueuse. Nous attendions notre prochain cours à l’université, il faisait beau et chaud. L’ambiance était bonne. Elle m’a demandé une hallucination. Je n’avais jamais fait ça avant, mais je me suis rappelée d’une doctrine essentielle : Fake it ’till you make it. Fait semblant jusqu’à que ça marche. Et ce dicton, c’est de l’hypnose. À force de jouer à faire comme si, le moment de bascule arrive très vite et le jeu devient réel.

L’expérience lui a plu, et c’était vraiment génial. J’avais envie de montrer mon niveau jouet à tout le monde et j’étais heureuse que cela plaise à des gens.

Et en plus mon cerveau a continué d’halluciner pendant le cours. J’étais poursuivie par une odeur de frites qui m’a donné tellement faim ! J’avais bien pensé à arrêter l’état d’hypnose chez ma volontaire mais pas chez moi ! La surprise m’a beaucoup amusé !

Cette expérience de l’hypnose de rue m’a tellement apporté ! Je ne peux que défendre cette pratique !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :