Pour une auto-hypnose exploratoire ?

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’une étrange quête de la performance en auto-hypnose, que je repère chez beaucoup de pratiquants.

Cette idée m’étonne beaucoup. Je vois des gens qui luttent d’arrache-pieds pour obtenir des effets en hypnose, ne serait-ce qu’une transe. J’ai vu aussi des collègues qui avaient des difficultés à obtenir, par exemple, une main qui bouge toute seule. Alors je m’interroge sur ces difficultés et je propose aujourd’hui un élément de réponse.

Une quête de la performance

Quand vous venez voir un praticien en hypnose, vous allez le voir pour un objectif. Comme par exemple, ne plus avoir peur des araignées. Ou arrêter d’être trop sensible.

Pour faire de l’auto-hypnose, c’est pareil. Les pratiquants ont souvent un objectif en tête qu’ils cherchent à atteindre avec difficulté. Mais est-ce que c’est vraiment l’objectif de l’auto-hypnose ?

Une quête qui demande de l’entraînement

Les témoignages que je peux recueillir sur ces difficultés m’interrogent. Et il y a, je crois, un curieux décalage avec ma pratique. De fait, je vais expliquer comment ça s’est passé pour moi. Comme ça, vous aurez un point de vue tout à fait objectif et vous pourrez voir tous mes biais cognitifs qui influencent mon point de vue.

Quand j’ai “commencé” l’hypnose, en tant qu’hypnotisée, accompagnée par un praticien que je salue, j’ai très vite voulu contrôler l’état. Notamment pour revenir plus facilement et estomper les effets qui pouvaient me gêner dans la vie “réelle”. Comme l’attention fluctuante par exemple. L’attention est très utile pour traverser une route. Une fois ce point travaillé, je suis très vite partie dans le jeu et l’exploration. Certes à l’époque, de mon temps (woah quel coup de vieux !), la littérature sur l’auto-hypnose était moins fournie. Du coup, j’allais jouer et explorer avec le peu de connaissances que j’avais et que je pouvais obtenir.

Actuellement, il y a beaucoup plus de guides pour apprendre l’auto-hypnose, comme la plateforme Psychonaute (qui me fait personnellement voyager et que vous pouvez découvrir en cliquant sur le lien).

S’entraîner sans “objectifs”

Au début, je me suis entraînée sans “objectif” de changement, en fait. Ce que je fais toujours actuellement. Pour le plaisir de jouer, de découvrir. Cela m’a permis de développer des compétences, de réussir à faire plus de choses, en plus de m’amuser. Bien entendu, avant de partir en transe, je me donnais ce que nous appelons une “intention”. Par exemple : “je veux partir en transe”. Mais je pouvais partir en transe juste pour le plaisir. Et évidemment, je profitais aussi allègrement des effets secondaires de l’hypnose comme le bien-être, l’énergie, la créativité décuplée.

Et tout cela m’a entraîné. Maintenant, je pars en transe plus facilement, j’obtiens des états de transes plus profonds en un souffle, et je peux vivre des phénomènes (comme les mains qui bougent toutes seules) avec beaucoup plus de facilité.

L’entraînement pour jouer au service du développement personnel

Et tout ça… Me permet d’obtenir les changements que je désire beaucoup plus simplement. En me formant à l’hypnose dans différents secteurs (le spectacle et l’accompagnement par exemple), j’ai pu découvrir plein d’outils qui sont utiles pour installer de la transe et obtenir un changement. Maintenant, je peux me faire une séance d’hypnose de “changement” très courte. Il m’arrive parfois de seulement demander à mon esprit de m’aider à obtenir tel changement, tout en piochant ou non dans tous les outils que je connais. Et quelque temps plus tard je peux constater qu’il s’est produit quelque chose.

Cette facilité peut vous surprendre. Mais cela vient de plusieurs années d’entraînement, d’autant plus facile que c’est un entraînement par le jeu.

La faculté de se prendre le chou même dans les moments sympas

Je vois des débutants qui luttent vraiment très fort pour obtenir quelque chose en hypnose. Dès qu’ils obtiennent, ne serait-ce qu’un petit mouvement automatique, ils s’orientent derechef vers des changements importants.

Je vois aussi beaucoup de débutants qui se posent beaucoup de questions, qui cherchent à disséquer théoriquement chaque rouage de l’état d’hypnose, afin d’en comprendre tous les tenants et les aboutissants pour ensuite espérer vivre cet état.

À mon sens, avec tous les biais, toute la subjectivité dont je fais preuve, c’est perdre quelque chose d’essentiel. L’état d’hypnose s’expérimente. Jouez. Explorez. Amusez-vous. Détendez-vous. Testez. Entraînez votre cerveau. Le reste viendra petit peu par petit peu. Arrêtez de vous poser des questions et sautez dans la piscine !

Un parallèle avec la méditation

J’ai voulu plonger dans la méditation par curiosité et envie d’explorer tout d’abord. Mais j’y allais aussi surtout avec une envie, un besoin. En effet, mon cerveau tourne en permanence. Alors c’est vrai, notre cerveau ne s’éteint jamais, hormis de manière définitive. Mais il y a des gens qui obtiennent des pauses mentales. Moi, j’ai des pensées qui tournent en permanence. C’est comme une machine à laver allumée, mais qui tourne en permanence (comme pour laver des vêtements). J’aime cette métaphore de machine à laver parce qu’elle me permet aussi de rendre plus visuel un autre phénomène. Dans la machine, il y a un parpaing pour empêcher la machine de bouger à cause des vibrations liées à l’activité du tambour. Quand le parpaing, ou le poids qui retient la machine, est abimé, la machine vibre, parfois très fort, jusqu’à se déplacer. Mon cerveau est toujours allumé (comme tout le monde, tourne tout le temps comme la machine, et parfois le parpaing s’érode. Mes pensées tournent beaucoup plus vite, beaucoup plus fortement, les émotions suivent, et je ne peux plus me concentrer.

Les cordonniers et leurs chaussures

J’ai voulu faire de la méditation pour calmer la machine. Oui, pourtant j’ai fait de l’hypnose sans objectif. Mais bon. Les cordonniers ne sont pas toujours les mieux chaussés hein ?

J’ai débuté la méditation avec l’application Petit Bambou (cliquez sur le nom pour avoir le lien), qui est vraiment géniale et dont les méditations m’ont beaucoup appris. Une des premières choses que Petit Bambou nous apprend, c’est de ne pas attendre quelque chose de la méditation. Si vous vous sentez bien pendant la méditation, que ça calme la machine, ou le petit vélo dans la tête, alors c’est un effet secondaire sympathique.

L’hypnose c’est pareil j’ai l’impression. Un peu comme une hygiène mentale. Faire de l’hypnose juste pour explorer, pour le plaisir, et vos chaussures seront beaucoup plus lustrées sans effort.

En conclusion, pour résumer

Arrêtez de vous prendre la tête et partez en transe parce que c’est cool.

Le reste viendra plus tard.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :